Le projet de la coopérative des femmes de Kolaboui prend fin

vendredi 14 septembre 2018, par Aurelie Cauwelier

Le « Projet de Renforcement des capacités et équipements de la Coopérative des Femmes de Kolaboui pour transformer et commercialiser les produits agricoles locaux » mis en œuvre par Guinée 44 le 1er juin 2017, s’est terminé le 31 mai 2018.

GENÈSE DU PROJET
A la suite de la première initiative du « Projet de Sécurité Alimentaire pour les exploitations familiales de Basse Guinée », où Guinée 44 avait déjà réalisé des activités de renforcement, ce dernier projet avait pour objectif de poursuivre l’engagement des femmes de la coopérative dans la transformation, la conservation et la commercialisation de produits locaux tout au long de l’année afin d’augmenter les revenus des membres et de leur famille.

DÉMARRAGE DU PROJET
Après un démarrage difficile suite à l’embauche de nouveau personnel sur le projet (animateur, agroéconomiste) et de tensions sociopolitiques dans la zone de Boké, le projet a ensuite connu un engouement considérable et les principales activités prévues ont été réalisées. Elles l’ont été dans un ordre de priorité cohérent entre les attentes et visions des membres de la coopérative et la logique d’intervention du projet visant à renforcer les compétences de ses femmes dans la maitrise du modèle et du développement économique de leur activité.

L’implication des membres de la coopérative a été effective, les collaborations avec les autorités locales, les services techniques et d’autres partenaires ont été satisfaisantes.

Dans un premier temps, le projet a souhaité renforcer les connaissances des membres sur les techniques de transformation et de conservation des produits locaux (mangue, manioc, orange, légumes, céréales…). Par ce biais, la Présidente de la coopérative, Fatou N’daou, ainsi que la Chargée de Transformation ont réalisé des formations théoriques et pratiques en interne auprès des autres membres de la structure.

Selon la Présidente, désormais 65% des membres maitrisent les techniques de transformation.

MISE EN PLACE DE LA NOUVELLE STRATÉGIE COMMERCIALE
La gamme de produits proposés par la coopérative étant très diversifiée, des « produits phares », dont la production est totalement maîtrisée et le produit apprécié par la clientèle, ont été sélectionné dans le cadre d’un plan de développement afin de perfectionner les membres dans ces techniques et se concentrer davantage sur la vente de ses produits dégageant une marge brute plus conséquente.

La compréhension de l’environnement économique des femmes de la Coopérative a été réalisé à travers l’étude de marché de novembre 2017, permettant d’élaborer un plan d’investissement favorable au développement de leur coopérative. Cette même étude de marché a permis d’analyser les types de produits équivalents à ceux commercialisés par la Coopérative et présents sur le marché.

Dans un même temps, les membres de la coopérative ont été formés et accompagnés au fonctionnement d’une coopérative, et ont aussi suivi une information de base en gestion comptable. Les outils d’enregistrement des achats, ventes, stock et le carnet de caisse ont été revus et un cahier de production a été proposé. L’utilisation de ces divers outils a été présentée à travers la mission de l’étude de marché, les formations ainsi que le suivi régulier et l’appui de l’animateur. A l’heure actuelle, les femmes enregistrent les données sur papier, ces mêmes données étant saisies sur l’ordinateur avec l’aide de l’animateur.

DÉVELOPPEMENT DE LA COMMUNICATION ET DU MARKETING
Afin de mieux communiquer et mieux vendre ses produits, la Coopérative a renforcé ses outils et moyens de communication et de marketing. Des étiquettes ont été rénovées et imprimées et sont désormais présentes sur presque tous les produits. Les produits sont conditionnés dans des emballages en verre ou en plastique neuf. Aussi, un nouveau panneau de communication du projet a été installé.

Etiqueter, emballer et présenter les produits sont des points essentiels pour mieux commercialiser et attirer la clientèle à la boutique, mais aussi dans les commerces locaux et les foires et marchés.

OUVERTURE DU MARCHÉ ET DES OPPORTUNITÉS
Dans cette dynamique, le projet a aussi accompagné la coopérative dans les villes locales à contractualiser avec des marchands, restaurateurs et revendeurs. Trois nouveaux contrats de vente ont été signés. De plus, le développement économique de la zone lié à l’exploitation de la bauxite entraine une augmentation de la population et une demande accrue. Des contrats pourraient être conclus avec des entreprises minières : un marché plus exigeant qui nécessite de répondre à un cahier des charges en termes de normes de qualité et de présentation.

Toutefois, il n’y a pas eu d’opportunité de foires ou marchés dans la région de Boké depuis la constitution du stock de produits en janvier 2018. La coopérative a en revanche participé à une exposition organisée par le Corps de la Paix à Dubréka.

EQUIPEMENT EN MATÉRIELS DE PRODUCTION, DE TRANSFORMATION ET DE CONSERVATION
Dans un deuxième temps, le projet a acheté et équipé la coopérative avec de nouveaux matériels de production nécessaires à la transformation et à la conservation des produits (râpe à manioc, robot mixeur, soudeuses, marmites, grilleuse, etc.), des consommables (bouteilles et bocaux en verre avec opercules et couvercles, flacons et sachets plastiques de différentes tailles) et des outils divers de manutention ou contrôle (brouettes, gants, balances et pesons, etc.).

CONSTITUTION D’UN STOCK DE PRODUITS
La coopérative a négocié et obtenu un micro-crédit de campagne sur 10 mois de 10 millions de FG qu’elle a consacré à l’achat de matières premières (fruits et légumes). Ces divers moyens rassemblés ont permis de constituer un stock de produits pour augmenter l’offre commercialisable tout en motivant les femmes membres à s’impliquer dans le développement de leur activité.

BILAN
Pour effectuer un bilan global des activités réalisées depuis le début du projet et de présenter les activités programmées jusqu’à sa clôture, un Comité de Pilotage du projet a été tenu le 24 Avril 2018. D’une part, cette instance a permis de communiquer ouvertement sur les activités de Guinée 44 et de la coopérative, notamment par la présence de la Radio Rurale et de l’AGP (Agence Guinéenne de Presse).

D’autre part, les autorités locales, les services techniques du Ministère de l’Agriculture et les organisations agricoles locales (Unions des Groupements Maraîchers) ont manifesté leur grand intérêt et la reconnaissance de la coopérative dans la zone, assurant des opportunités de collaboration et de partenariats futures pouvant se développer à l’avenir.

La coopérative étant située dans une zone en pleine extension économique couplée à une explosion démographique, cela constitue un marché important pour l’écoulement de ces produits. Le renforcement des compétences techniques des membres en termes de transformation et de gestion de leur structure, l’analyse économique et le dimensionnement de la rentabilité par le calcul des coûts et des produits a permis d’orienter de manière cohérente le fonctionnement de la coopérative pour le présent mais surtout pour l’avenir.

De plus, dans le cadre du projet DEFMA (« Développement de la Filière Maraîchère en Basse et Haute Guinée »), mené également par Guinée 44, les appuis vont se poursuivre, la coopérative étant aussi une organisation bénéficiaire. En effet, notamment dans le cadre de l’activité « Faciliter l’accès au service de commercialisation » et « Promouvoir des espaces de commercialisation », le développement de relations commerciales avec les commerces des principales villes et l’identification les opportunités de rencontres commerciales tel que des foires et marchés dans la zone de Boké sera effectif.

Néanmoins, il reste encore beaucoup à faire pour soutenir le développement de la coopérative des femmes de Kolaboui et elles restent ouvertes à d’autres opportunités de soutien.

Emma PEYRAUD, Assistante technique à la coordination des projets
Agriculture et Développement rural