Notre partenaire Bolivia Inti Sud Soleil (BISS) accueille un nouveau volontaire à Kindia sur le projet de Foyers à haut rendement énergétique. Bienvenue à Sébastien GUYOMART !

lundi 11 juin 2018, par Aurelie Cauwelier

Dans le cadre du projet de Foyers à haut rendement énergétique, notre partenaire Bolivia Inti Sud Soleil (BISS) accueille un nouveau volontaire CEFODE à Kindia pour une durée de 18 mois.

Qui es-tu, d’où viens-tu et quel est ton parcours jusqu’à la Guinée et le projet de foyers améliorés ?

Je viens de Rennes, en Bretagne, avec un profil plutôt scientifique. J’ai d’abord fait un IUT en Génie thermique et énergie à Lorient, puis j’ai poursuivi mes études d’ingénieur à Polytech Annecy-Chambéry, spécialité Environnement Bâtiment Energie. J’ai ensuite réalisé ma dernière année d’ingénieur à la Réunion au sein de l’ESIROI (Ecole Supérieure d’Ingénieurs Réunion Océan Indien) dans le but d’avoir une approche de l’énergie en milieu équatorial et de compléter ma formation métropolitaine.

D’un point de vue personnel, j’ai beaucoup voyagé sur tous les continents, seul ou avec d’autres personnes, dans un but professionnel ou personnel. Ces voyages m’ont permis d’acquérir différentes expériences aussi bien en laboratoire de recherche qu’en collectivité ou dans d’autres structures toujours autour des problématiques liées à l’énergie.

Quelle sera ta mission avec BISS en Guinée ?

J’ai été recruté par BISS en tant que volontaire CEFODE en partenariat avec le MEAE. Je pars pour une mission d’une durée de 18 mois, renouvelables. Ma mission principale sera de diversifier les outils développés dans le cadre du projet de Foyers à haut rendement énergétique mis en place en Guinée par Guinée 44 en partenariat avec BISS.

Si Guinée 44 s’occupe principalement du développement de la filière, BISS est en charge de la partie "technologie", c’est à dire des outils. C’est en effet l’efficacité énergétique de ces outils qui a permis à BISS d’obtenir leur labellisation carbone, nécessaires à l’émission de crédits carbone.

Mon travail sur place sera donc de réfléchir à une meilleure adaptation de ces outils aux besoins sur place, à la réalité du terrain, mais aussi d’appuyer Guinée 44 et le partenaire local, APEK Agriculture, sur différents aspects techniques du projet afin d’effectuer une transmission de savoirs et de compétences, notamment liés à la labellisation carbone.

A suivre !