Le responsable déchets de Guinée 44 s’est rendu à Dschang, au Cameroun, pour participer au 2e séminaire international de compostage et s’inspirer du modèle développé par le service de gestion des déchets local

vendredi 1er juin 2018, par Aurelie Cauwelier

CONTEXTE DE LA MISSION
La mise en œuvre du projet « Consolidation de la gestion des déchets sur les marchés et sur deux quartiers de Kindia » entre 2017 et 2018 prévoyait un voyage d’inspiration pour les acteurs de Kindia en charge du service Déchets (élus et techniciens) à Dschang, au Cameroun afin de rencontrer les services de la municipalité en charge de la politique de gestion des déchets localement et d’échanger autour de leurs pratiques.

L’OBJECTIF DE CETTE MISSION
Cette mission avait pour objectif de permettre aux agents des services communaux de Kindia de s’inspirer des pratiques et expériences de la municipalité de Dschang pour accompagner la création d’un véritable service de gestion des déchets dans leur commune, à Kindia.

Cependant, le climat politique et les difficultés rencontrées depuis les élections du 4 février 2018 pour aboutir à une négociation autour de la direction communale n’ont pas permis aux élus et techniciens de la Commune de Kindia de bénéficier de cette mission. Au final, c’est le Responsable Projets Gestion des déchets de Guinée 44, Alexis Faya OUENDENO, qui a fait le déplacement pour ensuite partager et diffuser les informations reçues.

RÉALISATION DE LA MISSION
Cette mission s’est donc déroulée du 26 mars au 5 avril 2018 et avait un double objectif :
- Participer au 2ème séminaire international de compostage organisé par la Commune de Dschang à travers l’AMGED (Agence Municipale de Gestion des Déchets) & Compostri, ONG nantaise, du 28 au 30 mars 2018
- S’inspirer du modèle de gestion des déchets pratiqué dans cette commune via des visites de terrain et des échanges.

CONTENU DU SÉMINAIRE
La première semaine à Dschang fut consacrée au 2ème séminaire international de compostage sur le thème du « compostage des biodéchets pour redonner vie à nos sols ».

Au regard de la problématique de gestion des déchets dans les pays en voie de développement, des opérations adéquates doivent être mises en place pour assurer une gestion efficace et pérenne des déchets municipaux. Une mauvaise gestion des déchets peut rapidement entraîner d’importants problèmes de salubrité, de santé publique, etc.

La mise en place d’un système de compostage pourrait constituer l’une des solutions pour réduire la quantité de déchets rapportés à la décharge. De plus, le développement d’un projet de compostage à l’échelle territoriale représenterait une opportunité intéressante pour le développement local de l’agroécologie.

A ce jour, toutes les expériences de compostage n’ont pas révélé de résultats satisfaisants, notamment au regard de leur viabilité économique, mais les échanges d’expériences organisés dans le cadre de ce séminaire ont permis de capitaliser sur les points de difficultés et d’imaginer d’autres solutions.

Après la 1ère édition tenue à Dalaba, Guinée, en mars 2014, ce deuxième séminaire visait à :
- Partager les retours d’expériences de projets de compostage en Afrique
- Echanger sur le développement et la pérennisation des projets de compostage
- Mesurer les avantages agronomiques et le bilan carbone de tels projets
- Promouvoir l’agroécologie en Afrique
- Poser les bases d’une collaboration internationale de type « compostages sans frontière » et définir les attentes et objectifs d’un tel réseau.

Une centaine de personnes venues de 7 pays (Guinée Conakry, Cameroun, Burkina Faso, France, Congo, Togo et Cote d’ivoire) étaient présents. Ces participants ont suivi avec intérêt les différents exposés et témoignages, et ont participé aux débats et discussions qui ont suivis. Des visites de terrain ont également été organisées.

L’un des temps forts de ce séminaire fut l’exposé du Professeur Marc DUFUMIER sur l’agroécologie pour un développement durable : « Donner vie à nos sols ».

Le séminaire a permis aux participants de prendre connaissance des projets de compostage développés en Afrique subsaharienne avec leurs différentes contraintes, notamment maitriser les avantages agronomiques du compost sur l’enrichissement du sol en nutriment mais aussi de réfléchir à la création d’un réseau international « composteurs sans frontière ».

Le deuxième objectif de la mission fut l’étude du système de gestion des déchets développé et mis en place à Dschang, au Cameroun.

Ce sujet a été abordé et marqué par :
- Des entretiens avec les techniciens de l’AMGED, quelques cadres et techniciens de la commune, les opérateurs de pré-collecte et de collecte des déchets, les travailleurs des plateformes de compostages, les éboueurs et quelques ménages/citoyens de Dschang, etc.
- Des visites terrain et l’observations de quelques sites visités (plateformes de compostage, décharge, emplacement des poubelles publiques et des points de regroupements des déchets (point de transit), parc des équipements de la Commune) et discussions autour des autres aspects liés à la salubrité générale de la ville
- Des revues documentaires (rapports, études, films documentaires, articles, etc.).

Tout ceci a permis de faire des analyses et de tirer des conclusions sur les points forts et faibles du système de gestion des déchets à Dschang, en comparaison avec le modèle de Kindia.

Il faudra notamment retenir :
- L’engagement des cadres de l’AMGED à mobiliser plusieurs partenaires et services administratifs pour le financement et l’organisation de la gestion des déchets à Dschang
- Une très bonne collaboration entre la Commune et l’Agence, une forte implication des autorités communales dans les projets de développement de l’AMGED favorisant non seulement la mise en œuvre des projets mais aussi également le partenariat Nord-Sud.

Cette analyse permet dès à présent de réfléchir au développement d’un modèle plus adapté à Kindia et à l’amélioration des pratiques. La commune de Dschang a également pu s’inspirer des pratiques développées à Kindia, notamment la collecte sélective des déchets (tri de déchets), la contribution des usagers au marché pour le financement du service de ramassage des déchets (droit d’assainissement = 0.5 euro/mois/étalagiste), la sécurisation de la décharge municipale afin de contrôler l’accès au public, etc.

Le bilan de la mission est plutôt positif au regard des résultats collectés grâce à la bonne collaboration entre les différentes parties prenantes et la disponibilité et l’accompagnement sur le terrain des cadres de l’AMGED.

Une restitution des résultats de la mission est prévue pour les futurs élus et les techniciens de la Commune de Kindia dans les prochaines semaines. Cette démarche, doit permettre de renforcer une vision partagée de ce que peut être l’organisation d’un service des déchets et des points d’attention lors de la mise en place d’un plan d’action à moyen et long terme.

Alexis Faya OUENDENO, Responsable Projet Gestion des Déchets