Retour sur les avancées réalisées lors de la première année du projet DEFMA

lundi 28 mai 2018, par Aurelie Cauwelier

Financé par la Commission de l’Union Européenne suivant le contrat pour une durée de 42 mois - soit de janvier 2017 à juin 2020, le projet ‘’Développement Filière maraîchère en Basse et Haute Guinée’’ (DEFMA) est piloté par un consortium de 3 ONG internationales : Guinée 44 (G44) Chef de file, TRIAS et UNITED PURPOSE (UP), et mobilise 10 partenaires locaux. L’action est menée en partenariat avec les Organisations Paysannes (OP) de ces deux territoires, qui bénéficient ainsi d’un renforcement de capacités en matière de structuration de la filière, de techniques de production, de fourniture de services à leurs membres et d’inclusion des personnes vulnérables.

OBJECTIFS DU PROJET

Contribuer au renforcement des OSC en matière de sécurité alimentaire en Guinée par le développement socio-économique du secteur agricole en d’augmentant les revenus des productrices et producteurs de légumes de la Basse et Haute Guinée par le renforcement de leurs capacités d’organisation, de production et de commercialisation dans une logique de filière et de développement économique local concerté.

RÉSULTATS ATTENDUS

- Les capacités de production des exploitations familiales maraîchères sont renforcées
- La structuration, les compétences et l’autonomie des organisations maraîchères de Basse et Haute Guinée sont consolidées
- La concertation entre les parties prenantes de la filière est facilitée
- Une approche filière maraîchère inclusive est développée.

RAPPEL DES COMPOSANTES DE L’ACTION

L’action s’articule autour de cinq composantes principales vers lesquelles convergent les activités :
- Renforcement organisationnel de groupements et unions des organisations paysannes, - Augmentation de la quantité de la production maraîchère,
- Augmentation de la qualité de la production maraîchère,
- Amélioration de la rentabilité de la production
- Amélioration à l’accès au marché dans une logique de chaîne de valeur croissante.

RÉALISATIONS EN 2017

Cette première année de mise en œuvre a permis les avancées suivantes au 1er semestre :
- Recruter, mobiliser et organiser le fonctionnement d’une équipe projet élargie entre trois codemandeurs et l’ensemble des partenaires locaux
- Travailler les outils méthodologiques utilisés dans le projet pour harmoniser
les approches en une démarche commune et adaptée au terrain ;
- Identifier précisément les bénéficiaires et les territoires ciblés par les actions (parcelles pour les protections maraîchères, aménagements hydroagricoles,
personnes vulnérables...).

Ce premier semestre s’est conclu par le lancement officiel du projet le 19 mai 2017.

Au second semestre :
- Poser des premiers diagnostics sur les OP et producteurs ciblés, mener des
enquêtes sur les pratiques, les prix, l’approvisionnement en intrants, etc.
- Réaliser la première enquête de référence pour renseigner la base de données (ODK) qui permettra d’estimer les résultats obtenus en fin de projet
- Faire l’inventaire des pratiques agroécologiques et lancer les premiers essais agronomiques
- Commencer l’étude des filières selon l’approche M4P
- Mettre en œuvre les activités liées à :

  • L’appui aux producteurs (formations aux itinéraires techniques, à la traction animale, à l’épargne/crédit)
  • La structuration de la filière (identification de paysans relais, mise en place de séchoirs modèles)
  • L’accompagnement des OP (autoévaluation des capacités organisationnelles, plans d’actions, introduction à l’analyse des marchés)
  • L’inclusion (identification de personnes vulnérables, appui à l’élaboration d’un plan d’affaire, mise en lien avec un IMF).

Les multiples activités prévues dans le cadre du projet DEFMA et le risque identifié lors de cette première année est de mener ces activités sans réelle articulations entre elles, et donc sans apporter de véritable changement. Ainsi, une réorganisation des activités DEFMA a été convenue dans le cadre du "disposition d’implantation" pour l’année 2018. L’objectif du projet est bien d’améliorer à terme le fonctionnement "filière", de la production jusqu’au marché à l’échelle de certains groupements de producteurs ciblés et prêts à s’investir dans une dynamique d’amélioration de l’existant.

Pour le moment, le projet n’en est encore qu’à ses débuts et continue sur sa lancée !