Avancement édifiant du projet de gestion des déchets à Kindia

vendredi 2 juin 2017, par Alexis Faya OUENDENO, Aurelie Cauwelier

Le projet de développement des "Ressourceries urbaines" développé par Guinée 44 depuis 2013 à Kindia en partenariat avec la Commune Urbaine de Kindia à travers l’Agence Communale de l’Eau et de l’Assainissement (ACEA) avait pour objectifs de :

  • Contribuer à améliorer le cadre de vie des habitants de Kindia et la salubrité générale des quartiers
  • Contribuer à créer, stabiliser et/ou améliorer des emplois dans les secteurs des déchets solides et liquides, notamment par la promotion de l’entreprenariat des femmes et des jeunes
  • Et contribuer à réduire les pollutions de l’environnement par les déchets solides et liquides de Kindia.

CARACTÉRISTIQUES DE LA VILLE DE KINDIA
Kindia se caractérise par une urbanisation rapide, des constructions anarchiques, de la pauvreté et de fortes densités de populations dans certains quartiers. La gestion des déchets dans la ville était confrontée à un certain nombre de difficultés, notamment l’inexistence d’un système partagé et de solution de tri et de stockage.

Cette situation amenait les citoyens à évacuer leurs ordures de façon sauvage (dans les rivières, incinérations, dans la rue, etc.) ayant de nombreux effets néfastes en matière de santé publique et sur l’environnement.

Au regard de la pauvreté locale et de la nécessité de rentabiliser le circuit de gestion des déchets, il a donc été important de créer à la fois des solutions d’évacuation des déchets solides mais également de traitement, pourvoyeurs d’emplois. Il convenait de traiter en priorité des déchets polluants en expansion rapide (plastiques et autres) mais également de valoriser les déchets organiques non pollués séparés des ordures.

CRÉATION D’UNE FILIÈRE DE TRI ET DE VALORISATION DES DÉCHETS
En créant une synergie entre différents acteurs du territoire (Commune, secteur privé, société civile, citoyens non organisés) autour de l’ACEA a permis de promouvoir un secteur jusque-là inexploité et au fort potentiel économique et d’introduire un système de tri des ordures dans toute la filière.

Sensibilisation sur le tri des déchets organiques et leur utilisation en compost
Dans la ville de Kindia, l’usage de déchets non triés (ou très légèrement par les maraîchers eux mêmes après achat des déchets municipaux mélangés) comme fertilisant est extrêmement courant en complément ou remplacement de l’utilisation d’engrais chimiques. Piles, seringues et autres déchets se retrouvent ainsi fréquemment au milieu des champs de salades et autres légumes cultivés.

La priorité du projet a porté sur l’amélioration en amont de la qualité du tri des déchets directement utilisés sur les cultures afin de réduire les pollutions et les risques sanitaires causés par les pratiques actuelles : la collecte sélective.

La problématique centrale des déchets plastiques et sensibilisation à l’hygiène
L’étude menée a montré que 68% de des emballages distribués dans la rue chaque semaine sont directement jetés dans la rue après usage. Si un système de récupération des déchets plastiques existe déjà, il est loin d’être optimal ou rentable et implique fréquemment les enfants dans la collecte de ces déchets.

L’accent a donc été mis sur des campagnes de sensibilisation et de diffusion de bonnes pratiques en matière d’hygiène pour prévenir en amont cette pollution massive et amener à un changement de comportements. L’équipe de Guinée 44 a ainsi multiplié les sketchs, dépliants, carnaval et spots radio pour toucher le plus grand nombre de ménages.

Mise en place d’un système de ramassage des ordures
Dans la continuité de ces objectifs, les ménages ont été encouragés à s’abonner au service de tri / collecte des ordures mis en place dans plusieurs quartiers de la ville. Les réunions communautaires organisées dans ces quartiers ont offert des espaces d’échanges entre les communautés bénéficiaires et les acteurs du projet. Grâces à elles, nous avons pu constater une plus grande implication et mobilisation des citoyens dans le développement de leur communauté.

A la demande des bénéficiaires, deux systèmes d’abonnement de tri/collecte ont été expérimentés dans les quartiers ; l’abonnement au payement mensuel (au moins 10 000 GNF/mois/ménage, environ 1 euro) et l’abonnement au payement quotidien à la poubelle ou seau (500 à 1000 GNF/poubelle versée).

DES RÉSULTATS CHIFFRÉS ENCOURAGEANTS
Depuis 2013, des résultats plutôt positifs ont pu être observés avec la mise en place de ce projet de « Ressourceries Urbaines » :

  • 40 jeunes ont été formés à la transformation et la valorisation des déchets plastiques
  • 1 des 4 groupements d’intérêt économique de gestion des déchets solides a vu ses capacités renforcées permettant d’optimiser les ressources et les opérations de tri
  • 35 entrepreneurs locaux ont été formés aux métiers de l’assainissement
  • 130 000 personnes bénéficiaires de la pré-collecte des déchets
  • Création de 23 emplois dans le métier de l’assainissement dont 43% exercés par des femmes
  • Réduction de la pollution des champs de culture et des émissions de méthane avec la valorisation des déchets organiques et la mise en place d’un meilleur tri
  • Réduction de la pollution des cours d’eau et des rivières de la zone bénéficiaire épargnée du rejet des déchets solides
  • Meilleure concertation entre habitants, prestataires de service et la Commune Urbaine de Kindia avec la mise en place d’un cadre de concertation piloté par l’ACEA.

Après 3 ans d’expérimentation d’un service de collecte et de traitement des déchets sur un des marchés de la ville et quelques quartiers ; l’association accompagne en 2017 la Commune Urbaine de Kindia dans la formulation de sa stratégie pour la mise en place d’un service de ramassage et de traitement des ordures efficace et durable, en vue de le déployer dans les prochaines années.