Vers un système d’approvisionnement en eau potable durable de la ville de Kindia

mardi 7 mars 2017, par Aurelie Cauwelier

CONTEXTE DU PROJET
La population de la ville de Kindia a doublé en vingt ans, elle est aujourd’hui de 200.000 habitants (Cf. recensement population de la Guinée 2014). Elle se répartie sur un territoire composé de 31 quartiers urbains et 14 districts ruraux. Son taux moyen de croissance annuelle avoisine aujourd’hui les 5%, largement au-dessus de la moyenne nationale (3%).
Depuis plus de 10 ans, la Commune Urbaine de Kindia a fait de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement de sa population une de ses priorités. Elle développe une stratégie fondée sur la recherche de complémentarité entre les différents modes d’accès à l’eau : le réseau principal, les sources aménagées, les forages, les mini-réseaux.

Elle s’est engagée, avec l’appui de Nantes Métropole et de Coopération Atlantique Guinée 44, dans l’organisation d’un service public local de l’eau et de l’assainissement. La Commune a ainsi créé avec les acteurs du secteur de l’eau et de l’assainissement, une Agence Communale de l’Eau et de l’Assainissement (ACEA) chargée de coordonner les interventions dans le secteur et d’assurer le fonctionnement et la gestion des points d’approvisionnements en eau (infrastructures collectives).

La Société des Eaux de Guinée (SEG) exploite l’ensemble des installations de production et de distribution des réseaux d’eau potable des communes urbaines du pays. Elle peine à trouver des stratégies efficaces pour répondre efficacement aux besoins croissants.
Accompagnée en 2014, par le Syndicat des Eaux d’Ile de France (SEDIF) dans le renforcement de ses capacités d’administration et de gestion de son patrimoine ; la SEG a sollicité ce dernier pour l’accompagner dans le renforcement de ses installations à Kindia.

DIFFICULTÉS LOCALES
En 2015, long de 64 km, le réseau principal de la SEG à Kindia s’est caractérisé par une baisse de capacité due à la vétusté de ses installations (station de production et réseau principal de distribution) causant de nombreuses avaries sur l’ensemble du réseau. Accompagnée au niveau national par le Syndicat des Eaux d’Ile de France (SEDIF) sur la gestion, l’exploitation et la gestion du réseau, la SEG ne parvient pas à répondre aux attentes des 15 % de la population connectée à ce réseau (3400 foyers particuliers et 76 foyers administratifs).

GENÈSE DU PROJET
Au regard de cette situation critique, la Commune Urbaine de Kindia et la SEG ont formulé un projet de rénovation des équipements de production et de distribution du réseau principal et organisé l’étude des possibilités d’extension de la distribution d’eau potable sur les quartiers situés à l’Est de la Commune Urbaine de Kindia (Koliady, Sambaya, et Wondy).

MISE EN PLACE DU PROJET
Coopération Atlantique Guinée 44, sollicitée par la SEG et la Commune Urbaine de Kindia pour accompagner la mise en place du projet, a animé la co-construction du projet et mobilisé l’appui technique et financier du SEDIF.

La démarche est proposée en quatre temps :
-  une phase de rénovation portant sur la station de production de Kilissi, la formation de son personnel exploitant et le diagnostic des principales fuites du réseau (octobre 2015 à avril 2016)
- une phase d’étude des possibilités d’extension par la recherche de nouvelles sources d’approvisionnement et de faisabilité technique et financière du fonctionnement de mini-réseaux de distribution (mai à octobre 2016)
- une phase d’optimisation de la production et de la distribution du réseau principal (octobre 2016 à avril 2017)
- une phase de réalisation de l’extension du réseau d’accès à l’eau potable sur les quartiers Est de la Ville (mai 2017 à avril 2018)

PREMIERS RÉSULTATS OBTENUS
De nouveaux équipements sur la station de production ont permis d’améliorer la production d’eau potable de la station de Kilissi en passant de 2996 m3/jour à 3851 m3/jour, soit une hausse de 855 m3/jour en moyenne.

Une amélioration considérable de l’approvisionnement en eau potable est visible au sein de plusieurs quartiers localisés dans les hauteurs de la ville. Des travaux sont toujours en cours pour rendre le dispositif plus performant.

Le fournisseur des équipements (OPALIUM) a réalisé une mission de mise en route dans le cadre d’une session de formation du personnel exploitant.

D’autre part, le SEDIF a mobilisé l’expertise d’un de ses ingénieurs de la direction des études pour accompagner le personnel exploitant de la SEG à Kindia dans le but d’analyser les dysfonctionnements du réseau, prioriser et planifier les interventions de maintenance et les investissements nécessaires à la rénovation mais aussi de faire des recommandation pour une meilleure gestion des équipements.

Ces missions ont contribué au renforcement des capacités techniques des exploitants et des équipes de maintenance de la SEG sur le fonctionnement général des installations du réseau (de la production à la distribution) et la maintenance préventive des installations.

Dans le même temps, Coopération Atlantique Guinée 44 a lancé avec la Commune de Kindia et la SEG un appel d’offres pour la réalisation d’une étude hydrogéologique permettant d’identifier et d’explorer de nouvelles sources d’approvisionnement en eau dont l’exploitation permettrait la réalisation de mini-réseaux de distribution pour les quartiers à l’est de la Ville.

L’étude hydrogéologique a été réalisée par le bureau d’études HYDROCONSEIL et a donné lieu à la réalisation de trois nouveaux forages d’exploration dont deux sont situés à Koliady et un à Sambaya.

  • Ne produisant pas le débit d’exploitation souhaité (6,8 m3/heure), le forage de Sambaya sera probablement équipé d’une pompe à motricité humaine.
  • Les deux forages de Koliady ont quant à eux donné des résultats qui permettent de penser à l’alimentation en gravitaire par un mini-réseau de distribution dans le but de desservir une population de 8.000 habitants.
    JPEG - 3.6 Mo
    Forage F1 de Koliady avec un débit d’exploitation de 6,8 m3/heure
JPEG - 4.3 Mo
Forage F2 de Koliady avec un débit d’exploitation de 14,4 m3/heure

Une étude socio-économique est en cours pour déterminer les conditions d’accès au service et les modalités de gestion et de fonctionnement de ce futur équipement. L’analyse de ces résultats et les scénarii qui vont en découler permettront d’ouvrir avec la Commune Urbaine de Kindia et la SEG un débat sur les innovations possibles en termes d’exploitation et de gestion de ce nouveau réseau.

ACTUALITÉ DU PROJET

La 3ème phase du projet est en cours : elle permettra de poursuivre l’optimisation des installations du réseau principal existant.

Cette dernière phase du projet se focalise notamment sur le renforcement de la qualité de l’eau du réseau principal et de ses capacités de distribution. L’objectif est également de sensibiliser les plus gros consommateurs d’eau (le camp militaire notamment) pour amener à une consommation plus responsable et lutter contre les branchements sauvages souvent responsables d’avaries sur le réseau.

Joseph OUENDENO