Déstockage des déchets dangereux à l’Hôpital Régional de Kindia et dans les centres de santé grâce à l’incinérateur

mercredi 2 novembre 2016, par Alexis Faya OUENDENO

En juillet 2015, un article abordait la collaboration entre Coopération Atlantique Guinée 44 (CA Guinée 44), l’Organisation PanAfricaine de Lutte pour la Santé (OPALS) et les autorités sanitaires de Kindia (Hôpital Régional de Kindia HRK, Direction Préfectorale de Santé DPS et Direction Régionale de Santé DRS) ayant donnée lieu à l’achat et l’installation d’un incinérateur moderne de déchets.
http://www.cooperation-atlantique.org/spip.php?article354

L’objectif principal de ce projet était de répondre aux besoins de la population de Kindia en matière de santé publique (gestion des déchets biomédicaux, eau saine et non contaminée par les déchets, etc.).

Depuis l’installation de cet incinérateur au sein de l’HRK en mars 2015, ce dernier n’avait pu être mis en route en raison de deux éléments :
- Le manque d’une source d’alimentation fiable et stable pour le fonctionnement de l’incinérateur
- Le manque de ressources financières de l’HRK pour financer le fonctionnement de l’incinérateur dû également au contexte sanitaire d’Ebola.

Afin de trouver une solution durable pour la gestion des déchets biomédicaux, le Ministère de la Santé nomma le PNUD en charge du développement et de la mise en place d’une stratégie à long terme. Dans le même temps, un atelier national sur la gestion des déchets fut également organisé en mars 2016 dernier au cours duquel Coopération Atlantique Guinée 44 et l’OPALS sont intervenus pour présenter leur expérience du terrain et apporter leur expertise.

En mai 2016, le PNUD est venu visiter l’HRK suite à quoi il a été convenu que :

- Le PNUD appuiera l’HRK afin de déstocker les déchets biomédicaux sur le site
- Le PNUD appuiera la quantification, l’estimation de la production des déchets dans les centres de santé, ainsi que leur collecte et leur destruction
- Les deux ONG seront chargées de la mise en place et du suivi des activités sur terrain.

Ce fut donc la naissance d’un autre projet en vue d’améliorer durablement les conditions sanitaires au sein de l’Hôpital Régional de Kindia et des centres de santé de la Préfecture de Kindia.

Ce projet intitulé « Déstockage des déchets dangereux à l’Hôpital Régional de Kindia et dans les centres de santé grâce à l’incinérateur », financé par le PNUD et l’Ambassade du Japon en Guinée vise spécifiquement à :

- Diminuer les risques liés aux déchets biomédicaux stockés au sein de l’Hôpital Régional de Kindia et des 14 centres de santé de la préfecture (dont 6 Centres de santé urbains /péri urbains)
- Quantifier la production de déchets des 14 Centres de santé
- Collecter les déchets des centres de santé afin de les acheminer vers l’HRK
- Détruire les stocks de déchets de l’Hôpital Régional de Kindia et des Centres de santé
- Réunir les acteurs et les appuyer pour amorcer une réflexion sur la mise en place d’une stratégie de gestion des déchets biomédicaux.

Le projet couvrait une période de trois mois (de Juillet à Septembre 2016) et voyait l’implication de multiples autres structures à savoir : la DRS, la DPS, l’HRK, la Commune et la Fédération Internationale de la Croix Rouge (FICR/CRG).

Un mois après le lancement de ce projet, quelques résultats sont déjà obtenus dans sa mise en œuvre :
- Un groupe électrogène de 9 KVA a été acheté et mis à la disposition de l’HRK afin de pouvoir alimenter l’incinérateur
- Une première mission de terrain a permis de quantifier les stocks de déchets présents dans les 14 centres de santé de la préfecture de Kindia et d’estimer la production mensuelle par centre de santé.

Cette mission était composée de représentant de la DRS, de l’HRK, de CA Guinée 44, de l’OPALS et de la FICR/CRG.

La quantité de déchets « piquants/tranchants » contenue dans les containers ou boites de sécurité et comptabilisée dans ces centres de santé s’élève à 723 kg.

La production mensuelle totale des déchets « piquants/tranchants » a été estimée à 238 kg pour l’ensemble des 14 centres.

Au-delà de la quantification et de l’estimation de la production mensuelle, cette première mission de terrain a permis de comprendre le mode de gestion globale des déchets dans les structures de santé de Kindia.

Le déstockage de l’ensemble des déchets « piquants/tranchants » à l’HRK fut réalisé avec succès grâce à cet incinérateur FA105/APICC par les acteurs OPALS, CA Guinée 44 et l’HRK.

L’opération a durée neuf jours. Elle a permis de détruire tout le stock de déchets de l’HRK soit 1584 kg. Les résidus et cendres sont stockés dans une fosse réalisée par un autre partenaire (IMC). Ce premier résultat confirme bien les performances de cet incinérateur et annule tout doute sur son fonctionnement et sa qualité.

Les étapes qui suivent sont :

- La collecte des déchets biomédicaux quantifiés dans les 14 Centres de santé par la FICR/CRG
- Le déstockage des déchets des Centres de santé via l’incinérateur de l’HRK
- La réhabilitation de la fosse à verre de l’HRK (broyeur/concasseur)
- La dotation en carburant pour l’incinérateur pour une période de 3 mois
- Le développement d’une stratégie de fonctionnement de l’incinérateur.

Si l’on souhaite un système durable et viable, une seconde étape serait obligatoire pour pousser cette réflexion et la transformer en plan d’action.

Le résultat à atteindre serait une bonne coordination entre l’hôpital et les Centres de Santé afin de collecter l’ensemble des déchets en vue de leur incinération.

La mise en place d’un modèle économique de service payant pourrait ainsi permettre à l’hôpital de gérer les charges financières de l’incinération et assurer correctement sa maintenance.

Il serait donc intéressant d’accompagner techniquement l’organisation et l’économie du circuit afin d’assurer la pérennité de l’approche et du système.

Dans le prochain article nous tenterons de parler sur la stratégie mise en place pour la gestion des déchets biomédicaux dans la ville de Kindia au moyen de cet incinérateur / stratégie après projet. A Suivre…