Des Pays de la Loire à la Basse Guinée et de la Basse Guinée aux Pays de la Loire

Retours sur les échanges entre entre les Fédérations Départementales des Maisons Familiales de Sarthe et de Mayenne, et les partenaires guinéens

mardi 26 avril 2016, par Fleur ZACHARIASEN

Depuis juin 2014, les Fédérations Départementales des Maisons Familiales de Sarthe et de Mayenne, avec l’appui de l’Union Nationale des Maisons Familiales Rurales pour l’Education et l’Orientation, se sont engagées dans le développement d’un projet coopération internationale avec la Guinée. Cet engagement s’inscrit dans une démarche de solidarité, d’ouverture au monde et aux autres, d’éducation à la citoyenneté mondiale, que les Maisons Familiales Rurales font vivre au travers de leurs engagements en coopération internationale.
Après avoir accueilli des partenaires guinéens en juin 2015 sur les Maisons Familiales de la Sarthe et de la Mayenne, les deux directeurs départementaux et la coordinatrice des partenariats internationaux de l’Union Nationale, ont mis pieds en Guinée, pour rencontrer les partenaires dans leur milieu et contexte.
Retours sur ces échanges et rencontres.

De la Sarthe et Mayenne en Guinée

Du 2 au 10 janvier 2016, les directeurs des fédérations départementales des MFR de Sarthe (Gilles MENANT) et de Mayenne (Roger COUPE), ainsi que la responsable du service développement international de l’Union Nationale des MFR (Valérie K. PLOUGASTEL) étaient accueillis par l’équipe de Coopération Atlantique Guinée 44 à Kindia, Marie Céline BOEUF, représentante de l’ONG en Guinée, et Sékou BERETE en charge du projet d’insertion sociale et économique des jeunes ruraux en Basse Guinée.

Cette mission avait pour objectifs :

- Permettre aux MFR de mieux comprendre le contexte guinéen, en particulier sur la compréhension des facteurs fondamentaux à prendre en compte dans la démarche engagée (les politiques de formations, le public visé, le tissu économique, social et professionnel, la pratique de l’alternance, ..) ;

- Définir les contours d’une démarche partagée pour mettre en place l’expérimentation locale de formations. (Partager les attentes de chacun, partager une vision commune du partenariat, co-construire les expérimentations) ;

- Définir et organiser l’implication des acteurs dans la démarche de formation et le projet (parents d’élèves, jeunes, organisations professionnelles, collectivités locales, ministères, Ong locales, Coopération Atlantique Guinée 44, les fédérations des MFR, l’Union Nationale des MFR...)

Au programme de cette semaine dense : beaucoup de rencontres et d’échanges avec les acteurs de Kindia et Boké porteurs des réflexions et certainement des solutions sur les enjeux de l’insertion sociale et économique des jeunes dans les localités rurales et agricoles.

  • Avec l ’APEK l’Association de Promotion Economique de Kindia secteur agriculture.
  • Avec le Réseau Guinéen Traction Animal et Développement durable
  • Avec la Fédération Préfectorale des Artisans de Kindia
  • Avec la commune rurale de FRIGUIAGBE dans le district de KINDIA . Commune qui pourrait être retenue pour accueillir la première organisation de formation portée par les acteurs locaux !
  • Avec la Ferme Fabik à Samya, située à 10 km de Friguiagbe (parcourus en un heure...à 10 km/h...piste oblige !), chez Madame Hadja Sylla Fofana qui était venue rencontrer l’expérience des Maisons Familiales Rurales en Sarthe et en Mayenne en juin 2015. Elle détient une ferme sur une ancienne plantation coloniale reconvertie en ferme école qui contribue au développement de l’installation des jeunes (par la formation) mais aussi favorise le travail des femmes en valorisant leurs productions à un niveau de prix convenable. Toutes ces femmes étaient d’ailleurs présentes pour un accueil chaleureux.
  • "A Dubréka : rencontre avec la F.O.P.B.G Fédération des Organisations Paysannes de Basse Guinée en présence de sa Présidente, de son directeur et des cadres agronomes.Organisation qui fédère près de 80 organisations paysannes pour représenter et défendre les intérêts d’une petite agriculture paysanne. Tout à fait sensible aux démarches de formations professionnelles des jeunes ruraux et agriculteurs, puisqu’elle porte les préoccupations de la relève dans les exploitations familiales, dans la vie des organisations paysannes... et a bien conscience des défis à relever en terme de modernisation, de formation pour rendre attractif auprès des jeunes, des enfants des agriculteurs, l’activité agricole et plus largement la vie en milieu rural. Elle est investie dans le projet au travers de ses organisations de base et s’engage à les soutenir.
  • "Rencontre avec l’Ecole Nationale d’Agriculture et d’Elevage de Koba." Il existe 4 écoles de la sorte pour tout le pays. Seul dispositif de formation existant pour les métiers de l’agriculture et de l’élevage. Les élèves y accèdent après le collège ou après le Bac pour des formations équivalents à des CAP/ BEP et des BTS/ Licence professionnel. Ces 4 écoles accueillent en tout et pour tout moins de 1000 élèves par an, quand on réalise le potentiel agricole du pays et que plus de 60% des 11 millions de Guinéens sont des paysans, l’enjeu est en effet de taille.
  • "Rencontre avec le ministère de l’enseignement technique de la formation professionnel,de l’emploi et du travail ! ou ...M.E.T.F.P.ET !! En présence de Mr BAYO directeur adjoint, du directeur du B.D.S Bureau de Développement Stratégique et Mr Lavenan, français, assistant technique à la maîtrise d’ouvrage au ministère "

Ce qui peut être retenus : une motivation certaine au local de parents, de leaders d’organisations paysannes, d’élus locaux pour s’engager dans une démarche innovante et s’organiser pour la formation et l’insertion de leurs enfants et jeunes. Des ONG locales, des organisations professionnelles, des acteurs économiques, avec des compétences à partager pour appuyer des initiatives locales de formation. Des services de l’Etat à l’écoute et disposer à accompagner ces initiatives. Du chemin à faire pour inscrire ces initiatives dans une politique nationale qui les reconnaissent et leur apporte les soutiens techniques et financiers nécessaires.

De la Guinée à la Sarthe et Mayenne

Afin de renforcer l’accompagnement pédagogique des acteurs guinéens qui portent l’initiative d’organiser la formation professionnelle de leurs jeunes, l’Union Nationale des MFR a proposé à CA Guinée 44 que son salarié en charge du projet puisse suivre un cycle de renforcement des capacités d’ingénierie pédagogiques des référents du réseau des MFR d’afrique de l’Ouest.
Sékou BERETE a ainsi passé une semaine à Chaingy dans le Centre de la France, au Centre Nationale Pédagogique partenaire du Mouvement des MFR, pour avec des référents pédagogiques venus du Mali, du Bénin, du Cameroun, des Comores...échanger sur leurs réalités, leurs pratiques et ainsi leur permettre de renforcer leurs démarches d’ingénierie de formation par alternance.

Les Fédérations des MFR de Sarthe et de Mayenne ont profité de cette venue de Sékou en France pour proposer un accueil dans des MFR de leurs départements. Cela a permis d’une part à Sékou BERETE de renforcer la semaine de théorie avec des échanges pratiques auprès de directeur, d’animateurs, de formateurs des MFR rencontrées, de vivre des temps de vie quotidienne avec des élèves des MFR ; et aux MFR qui l’ont accueilli de proposer des temps de valorisation du partenariat avec la Guinée, d’approfondissement de la connaissance du projet dans le contexte guinéen.
Son programme a été marqué par quelques communications remarquées sur les ondes de radios et télévision locales.

Vous pouvez également suivre l’actualité des MFR (et de ce projet) en allant sur ce lien :https://reussirautrement.wordpress....