Installation d’un incinérateur flambant neuf pour la ville de Kindia !

vendredi 3 juillet 2015, par Alexis Faya OUENDENO

Depuis le 20 mars 2015, l’Hôpital Régional de Kindia (HRK) est doté d’un incinérateur moderne, fruit de la collaboration entre Coopération Atlantique – Guinée 44 (CAG44), l’Organisation PanAfricaine de Lutte pour la Santé (OPALS) et le district sanitaire de Kindia (Hôpital Régional de Kindia HRK, Direction Préfectorale de Santé DPS et Direction Régionale de Santé DRS). C’est un partenariat soutenu par les fonds Kindia 2015 (canal+) en faveur des populations de la ville de Kindia.

Le partenariat OPALS et CAG44 s’inscrit dans la politique de solidarité internationale et des valeurs portées. Les deux partenaires unis, se sont engagés à mettre en commun leurs compétences et connaissances au service de la cohérence de l’ensemble de cette action de solidarité internationale en République de Guinée, dans le but de répondre aux besoins des populations de la Préfecture de Kindia en matière de santé publique : gestion des déchets biomédicaux, eau saine et non contaminée par les déchets.

Pour cette ville bénéficiaire, il n’existait aucun moyen d’incinération des déchets biomédicaux. La gestion de ces derniers n’était que superficielle et non encadrée. Des stocks importants de déchets sont visibles dans l’enceinte de l’hôpital régional de Kindia et dans les centres de santé en attendant d’être incinérés.
Cet appui vient donc résoudre d’importants problèmes environnementaux (incinérations non contrôlées, rejet des déchets biomédicaux dans la rue, les champs de cultures, les caniveaux et rivières, dépôts sauvages, etc.) et sanitaires (blessures, infections, contamination de points d’eau, …).

C’est un modèle amélioré fournisseur APICC et identique à celui du CHU de Donka (Conakry), qui a été acheté et installé dans un local réhabilité par CAG44 et OPALS. Sa capacité de traitement des déchets hospitaliers (26 à 35 kg/h) est conforme à la demande d’un Hopital régional avec une consommation de fuel très raisonnable (4 à 8 litres/h). Il fait environ 2650 kg (poids appareil et cheminée), dispose d’un foyer de combustion de 0.470 m3 de volume, facilement manipulable,….

L’accueil, l’installation et l’essaie de l’appareil ont eu lieu dans la période allant du 13 au 20 mars 2015 en présence des responsables du centre d’accueil (HRK) et de leurs agents de maintenance.

L’ensemble du projet, s’inscrit dans une approche globale qui intègre non seulement l’achat et l’implantation de l’incinérateur, mais aussi d’autres activités importantes, telles que :

  • La formation des agents de maintenance de l’ HRK ;
  • La formation des agents de santé à la gestion des déchets biomédicaux ;
  • La formation des agents communautaires en zone rurale à la sensibilisation sur l’hygiène ;
  • La collecte, le transfert et l’incinération des déchets biomédicaux ;
  • Le suivi du fonctionnement de l’incinérateur ;
  • et les sessions de sensibilisation des populations sur la gestion des déchets biomédicaux.

Face à cet ensemble d’activités, « une convention technique » a été matérialisée entre les partenaires « CAG44, OPALS et le district sanitaire » où les modalités de collaboration et d’engagement entre les parties ont été clairement définies.
CAG44 présente en Guinée depuis 1994 où elle conduit déjà des interventions sur l’eau –assainissement – déchets, s’est engagée dans ce projet à :

  • mettre à disposition des moyens financiers pour l’achat, le transport et l’implantation de l’incinérateur ;
  • suivre le fonctionnement et l’utilisation de l’incinérateur (suivi et accompagnement) jusqu’en fin d’année 2015, et ;
  • Piloter les activités de sensibilisation sur les risques liés à la mauvaise gestion des déchets biomédicaux.

La mise en route d’un incinérateur moderne fonctionnel dans l’enceinte de l’HRK, est un "houf de soulagement" pour les populations de Kindia. Il vient à point nommé pendant que la nation guinéenne est à pieds d’œuvres pour trouver des voies et moyens afin d’éradiquer l’épidémie d’Ebola qui sévit dans le pays depuis le début de l’année 2014 avec plus de 2000 décès déjà.


Dans les prochaines éditions, nous reviendront sur le fonctionnement de l’appareil.
Affaire à suivre…