Retour sur la mission de Pierre DEMERLE, président de l’association, du 7 au 14 février 2015

lundi 23 février 2015, par Elsa CARDINAL

Rencontrer les équipes, se rendre compte sur le terrain des réalisations, échanger avec les "bénéficiaires", faire un bilan d’étape et définir les orientations avec les partenaires, rendre compte et valoriser auprès des ministères le travail effectué au local, chaque année la mission du représentant du Conseil d’Administration de l’association ne ménage aucun répit pour tenir les objectifs de la mission.

Dimanche 8 février : grande réunion au bureau de CA Guinée 44 à Kindia

Afin de préparer au mieux les différents temps de travail prévus avec les acteurs locaux et nationaux, La première journée fut consacrée à une réunion avec l’équipe de CA Guinée 44 et quelques visites sur le terrain. Un grand merci à l’équipe qui s’est mobilisée un dimanche pour cette réunion et à Mr Diallo pour son excellente cuisine.

JPEG - 18.1 ko
Dimanche 8 février 2015 : réunion de l’équipe CA Guinée 44 et déjeuner partagé

La fin d’après midi et la soirée ont été mises à profit pour faire quelques visites des aménagements hydriques réalisés dans le cadre du projet "Eau Kindia 2015" et "EduKindia".

JPEG - 45 ko
Réhabilitation du captage de la source Koukou

Eau, assainissement, déchets rencontre avec les acteurs de Kindia

La journée démarre de bonne heure pour une visite "déchets" sur le marché de Kindia afin de prendre la mesure de l’organisation du service de collecte, de tri et d’évacuation des déchets mis en œuvre par le Groupement d’Assainissement de la Confluence de Kindia. Des marges de progrès restent à trouver dans l’organisation du travail entre les balayeuses, les charretiers et les éboueurs pour diminuer la pénibilité du travail de tri effectué par les éboueurs.
Une bonne entrée en matière pour continuer sur des réunions techniques avec les partenaires et usagers des services eau et déchets qui se déroulent à la Commune Urbaine de Kindia.

Les ponts saillants de ces réunions :
- la garantie foncière  : un impératif pour tout aménagement - construction d’infrastructures publiques qui nécessite une implication forte de la commune auprès des chefs de quartiers et des coutumiers (propriétaires de la terre) ;
- la sensibilisation et la participation sociale et citoyenne : un travail de longue haleine qu’il ne faut pas marginaliser ; l’implication des citoyens convaincus du bien fondé des services de l’eau et des déchets sont des alliés à valoriser sur leur quartier pour accompagner les changements de comportements visés ;
- l’économie des services publics de l’eau et de l’assainissement : la pérennité des politiques communales engagées en matière de services publics de l’eau et des déchets, est intimement liée à leur économie : cela passera par l’adhésion des citoyens -usagers aux services, et par la lisibilité - transparence de ces politiques communales à l’égard de leurs partenaires nationaux et internationaux pour obtenir leur soutien

JPEG - 29.9 ko
Lundi 9 février à la Commune Urbaine de Kindia - Réunion Technique des projets Eau et Déchets conduits par l’association sur le territoire de la Commune de Kindia

Jeunesse : insertion socioéconomique et formation professionnelle, bilan et perspectives avec l’Intercollectivité de Kindia

Une rencontre avec le Conseil d’Administration de l’Intercollectivité et les parties prenantes du Fonds Intercommunal d’appui aux Initiatives des Jeunes (FIAIJ) a permis de faire le bilan des premiers projets sociaux et économiques soutenus par cet outil le FIAIJ.
Quel bilan ?
Le FIAIJ est considéré par l’intercollectivité comme un outil soutenant l’autonomisation des jeunes du territoire. Les enseignements tirés de la dernière mission de suivi évaluation conduite auprès des jeunes porteurs de projets sur leur localité et des autorités locales sont les suivants :

-  les jeunes ont pris conscience avec cet appui qu’ils peuvent entreprendre et réussir sur leur localité ;

- le soutien apporté aux porteurs de projets à travers cet outil a permis de rapprocher ces jeunes des autorités locales (collectivités et services de l’état)

- la plupart des groupes soutenus se sont engagés au delà de leur projet sur des initiatives d’intérêt communautaire  : implication dans la gestion et dynamisation de la maison des jeunes, participation à des travaux d’assainissement, implication dans la sensibilisation pour la lutte contre ébola, prise d’initiatives pour assurer de la cohésion sociale sur deux localités où des tensions fortes opposés les jeunes des communes. Un élu nous dira "les jeunes soutenus par le FIAIJ ont réussi à apaiser des tensions et régler une situation conflictuelle que nous élus et autorité de l’état n’étions pas parvenus à calmer".

Ces impacts positifs ne font pas ignorer à l’Intercollectivité les difficultés rencontrées, dont elles tirent des enseignements pour le prochain appel à projet FIAIJ. Quelles sont elles ? :

- les porteurs de projets ont pour certains manqué d’accompagnement technique pour réussir leur activité. La plupart des projets ont une vocation agricole (maraichage, apiculture, arachide, ananas, ...), or tous les jeunes n’avaient pas la même maitrise de l’activité dans laquelle ils se donnaient d’entreprendre. Les projets qui marchent sont ceux dont les porteurs ont la meilleure maitrise technique de l’activité et une connaissance des acteurs vers qui se tourner pour obtenir conseil et accompagnement. L’intercollectivité n’a pas suffisamment considéré la nécessité de cet accompagnement et de ce suivi technique de proximité. Elle prévoit pour la suite :
- en amont de mesurer, d’évaluer plus précisément les compétences des jeunes et les besoins de leur accompagnement ;
- d’impliquer plus largement et de manière formelle les services techniques et acteurs locaux en mesure d’accompagner la réussite technique et économique des projets.

Les conclusions tirées de cette expérience rejoignent bien évidemment la problématique de l’accès des jeunes à de la formation professionnelle conduisant à une réelle insertion socioéconomique. Sur ce point la mission a été mise à profit pour rencontrer des acteurs, notamment économiques, et des expériences sur le territoire de Kindia, pouvant alimenter la réflexion sur le type de parcours de formation professionnelle et d’insertion socioéconomique susceptible de répondre aux besoins et de s’ancrer dans une politique publique locale et nationale.

JPEG - 64.4 ko
Rencontre avec des jeunes de 18 à 25 ans accueillis sur la Ferme de FABIK dans le cadre d’une formation professionnelle sur la filière agro-sylvo-pastorale pilotée par l’Agence du Service Civique d’Action pour le Développement, lancée par le gouvernement en 2012.

Agriculture et Alimentation : Bilan des activités du projet Sécurité Alimentaire pour les Exploitations Familiales de Basse Guinée, du partenariat avec la Fédération des Organisations Paysannes de Basse Guinée et perspectives

Durant la mission des entretiens avec des agriculteurs ayant bénéficié d’activités et de services mise en œuvre par la FOPBG et ses partenaires, nous ont permis de :
- confirmer l’intérêt et le caractère innovant pour les paysans de l’activité de Conseil en Gestion de leur exploitation agricole, dont les témoignages indiquent que les outils de gestion mis en place autour de l’activité agricole sont également utilisés pour la gestion du budget familial. Combiné à des conseils plus techniques ils permettent aux paysans de faire de meilleur choix en terme de production pour améliorer leur revenu tout au long de l’année. Les échanges ont permis également de vérifier les dispositions des bénéficiaires à participer au coût du service.

- rencontrer des groupements ayant bénéficié d’aménagement et d’équipements en machine post récolte. Là encore il s’agit d’appuis pertinents qui permettent de mettre en valeur de nouvelles terres et donc d’augmenter les surfaces exploitées individuellement et collectivement par le groupement, de permettre aux membres du groupements et paysans non organisés de la localité de décortiquer sur place leur récolte de riz. C’est un emploi pour un jeune "meunier", ce sont des déchets organiques (l’écorce de riz) disponible sur place pour les tenues maraichères (les femmes apprécient) et surtout moins de frais de transport et de logistique liée à cette opération post récolte pour les paysans de localités isolées.

JPEG - 46.3 ko
Membres d’un groupe de Conseil en gestion des Exploitations Familiales

La pertinence de ces activités d’appuis à des petits producteurs est avérée dans les échanges avec ceux qui en ont bénéficié. Ce sont beaucoup plus les conditions de leur pérennisation et l’autonomisation des organisations dans la conduite de ces activités de conseils et services qui doivent encore être définies par la Fédération des OP de Basse Guinée, ses membres et partenaires.
C’est le sens des engagements pris dans notre accompagnement à la FOPBG pour les prochains mois :
- poursuivre le renforcement de la professionnalisation de la structure dans son fonctionnement interne et externe ;
- définir une politique de services aux membres et ses conditions de pérennisation.

JPEG - 35.5 ko
Visite d’un aménagement hydraulique dans un bas fonds

Vie de l’équipe de Coopération Atlantique Guinée 44

Enfin cette mission du siège a été l’occasion pour les collègues en Guinée d’entretiens individuels et collectifs avec le président et la directrice. Chacun a pu réaffirmer son attachement et son engagement dans l’association, évoquer ses projets professionnels et personnels.

La directrice et le président ont ainsi pu reconnaitre le travail et les efforts de chacun pour assurer la continuité des engagements de l’association et de ses activités, malgré une année difficile du fait de la vacances de poste important dans l’équipe et du contexte d’urgence sanitaire.
Ils remercient chaleureusement l’équipe et les partenaires pour leur disponibilité durant cette mission.